found 7 matching posts pour 'travail étymologie'


Artificiel et artificieux

L’adjectif ‘ artificiel ‘ (du latin artificialis = ‘ fait avec art ’, lié au nom ‘ artifice ’ de artificium, de ars = ‘ art ’ et facere = ‘ faire ’) s’oppose de par son étymologie à la notion de naturel. C’est son sens premier. L’art n’est pas naturellement existant, c’est une conception exclusivement humaine. Ce qui est artificiel (noter qu’il y a le mot ‘ art ’ dans artificiel) est ‘ produit par une technique humaine ’ et relève souvent d’un procédé destiné à tromper la vision, la perception, au-delà de raisons purement techniques et totalement matérialistes dans d’autres cas. Exemples : ‘ Ces fleurs artificielles sont magnifiquement travaillées, on dirait des vraies ! ’ – ‘ Christelle se maquille à outrance, c’est une femme très artificielle, seules les apparences lui importent. ’ – ‘ En 1974, a été créé le lac du Der, plus grand lac artificiel de France, afin de régulariser le cours de la Marne. ’

L’adjectif ‘ artificieux ’ (du latin artificiosus = ‘ fait avec art ’) est proche de l’adjectif ‘ artificiel ’ tant par son étymologie que par son sens mais avec une nuance importante à connotation quelque peu péjorative, désignant plutôt ce qui est rusé, délibérément destiné à la tromperie, usant d’artifices dans un but trompeur voire teinté d’une certaine hypocrisie. Voici un exemple assez parlant tiré des écrits de Bossuet (Oraisons funèbres) : ‘ L’ambition a fait trouver ces dangereux expédients où, semblable à un sépulcre blanchi, un juge artificieux ne garde que les apparences de la justice. Exemples : ‘ Cet homme politique veut à tout prix se faire élire, et ce n’est pas avec un tel discours artificieux qu’il y parviendra. ’ – ‘ Isabelle semble toujours d’accord avec tout le monde, cette attitude artificieuse trahit sa nature quelque peu hypocrite. ’

Affilé et effilé

L’adjectif ‘ affilé ’ (du latin populaire affilare, de filum = tranchant) veut dire tranchant, aiguisé comme le fil d’un couteau ou autre outil tranchant. Exemple : ‘ Le menuisier travaille plus efficacement quand son couteau à bois est affilé. ’ Son antonyme est ‘ émoussé ’. Le taille-crayon que tout le monde connaît est nommé également affile-crayon. Au sens familier, le mot désigne le fait d’être bavard, d’avoir de la répartie, ‘ la langue bien pendue ’ non sans une certaine connotation médisante. Exemple : ‘ Cette commère, qui sait tout sur tout le monde, a vraiment la langue affilée, méfiez-vous d’elle ! ’ L’adjectif ‘ effilé ’ (même étymologie que ‘ affilé ’, du latin filum) veut dire ‘ long et mince ’. Nous pouvons notamment utiliser ce mot dans le cadre de la description d’une personne. Exemple : ’ Les mannequins de ce défilé de mode ont tous des silhouettes effilées. ’ Le nom ‘ effilé ’ quant à lui désigne, en couture, l’ensemble des fils non tissés qui pendent en garniture au bord d’une étoffe. Le verbe ‘ effiler ’ peut concerner les tissus mais également les cheveux. Exemple : ‘ La coiffeuse a effilé les cheveux de sa cliente afin de les rendre moins épais et plus faciles à coiffer. ’

Addiction et adduction

Le nom addiction est un anglicisme d’origine latine. Il vient de ad diccere ou add dictus qui signifie ‘ dire à ’. Son étymologie explique la présence des deux D. Son utilisation était autrefois réservée au domaine juridique, désignant la mise en esclavage d’une personne endettée et insolvable. Ensuite, le mot anglais fut utilisé dans le cadre du rapport de soumission de l’apprenti par rapport à son maître. Enfin, il évolua vers la définition actuelle, à savoir le caractère compulsif et répétitif de certains comportements accompagnés de perte de contrôle de la personne sur elle-même, ce qui crée précisément la dangerosité de l’addiction, tant pour la personne que pour son entourage ! Les addictions sont des dépendances extrêmes, liées ou non à des produits. Les plus courantes concernent l’alcool, les drogues, le tabac, les jeux (vidéo, jeux d’argent etc.), la sexualité, les médicaments,  les aliments (chocolat, bonbons etc.), mais également les achats dits ‘ compulsifs ’, Internet, le téléphone, le travail (si si, ça existe !), ce dernier étant appelé en anglais ‘ workaholisme ’ et caractérisé par le fait que le travail devienne l’unique facteur de définition identitaire de celui qui en souffre. Exemples : ’ Julien a fini par prendre rendez-vous chez son médecin, car sa compagne lui reproche sans cesse son addiction aux jeux en réseau sur lesquels il passe régulièrement des nuits entières au point de ne plus avoir de vie de famille. ’ – ‘ Estelle dépense toute sa paye dans des paires de chaussures, elle en a plein la maison ! Son mari vient de demander le divorce en raison de cette addiction qui les a menés à une situation proche du surendettement. ’ Le nom adduction (du latin adducere = ‘ action d’attirer, apporter à… ‘ pour le sens premier et adductio = ‘ amener ’ pour le deuxième sens) est d’une part un terme d’anatomie : les muscles adducteurs. ‘ Mouvement de certains muscles qui rapprochent de l’axe du corps les parties qui en avaient été écartées ’. D’autre part, le terme désigne depuis la fin du XIXe siècle la ‘ conduite d’un fluide vers des installations de traitement puis de distribution ’, c’est le cas notamment de l’adduction d’eau ou de gaz. Exemples : ‘ Aucuns ont voulu dire que ce muscle aide aussi à l’adduction des doigts vers le poulce (PARÉ IV, 29) ’ – ‘ Avec l’arrivée de l’adduction d’eau, les lavoirs furent peu à peu abandonnés dans la plupart des villages. ’
Testez votre culture générale avec LES QUIZ D’ALPHA culture générale chez TBE et AMAZON

Etymologie du mot banque

Le mot banque vient de l’italien banca, qui était au XVe siècle une ‘ table de comptoir ‘, ‘ table de changeur ou de commerçant ‘. Le terme italien désigna plus tard un ‘ établissement de crédit ‘, les banquiers lombards travaillant sur des bancs dans des lieux ouverts. Le mot est arrivé en France avec l’installation de banques italiennes dans la ville de Lyon. Le terme de ‘ billet de banque ‘ est apparu de ce fait à la fin du XVIe siècle, tout d’abord appelé ‘ lettre de banque ‘.

Etymologie de poulpe

Tout le monde connaît ‘ Paul le poulpe ‘, ce mollusque céphalopode à huit bras munis de ventouses que l’on nomme tentacules (ordre des octopodes, octopus en anglais ==> octo = huit) et aussi dénommé ‘ Paul la pieuvre ‘, qui avait prédit les résultats des matchs de l’équipe allemande de football au Championnat d’Europe de 2008 et à la Coupe du Monde 2010 (12 prédictions exactes sur 14). Celui-ci est une vedette ! Mais en général, ses congénères finissent plutôt dans l’assiette, particulièrement appréciés pour leur chair. Mais le nom ‘ poulpe ‘, d’où vient-il ? Au début du XVIe siècle, ce mot désignait un polype du nez (poupe), donc rien à voir ! Mais… peu de temps après, le mot a été repris en zoologie, d’après le provençal ancien poupre, du latin polypus. Le mot pieuvre vient lui aussi du latin polypus. Il est plus récent que ‘ poulpe ‘. C’est Victor Hugo qui l’a introduit dans la langue française (cf. son roman ‘ Les travailleurs de la mer ‘), le mot étant emprunté au vocabulaire des pêcheurs des îles anglo-normandes (Guernesey notamment).

Dimanche : étymologie et histoire

Dimanche tout comme samedi, n’est pas en rapport, dans la langue française, avec une planète. Le mot vient du latin Dominicus Diès, qui signifie Jour du Seigneur. En ancien français : diemenche. C’est le jour de repos dans la tradition chrétienne, équivalent au Sabbat judaïque. L’origine du repos le 7e jour vient de la Genèse (4e siècle av. J-C) où il est expliqué que Dieu avait besoin de se reposer après avoir créé le monde, tout en sanctifiant ce jour. En l’an 321, l’empereur Constantin décida que le dimanche serait jour de repos dans les villes de l’Empire, l’associant au jour du dieu solaire romain. En allemand et en anglais, respectivement sonntag et sunday, on retrouve cette étymologie liée au Soleil. Le repos dominical est créé dans un but d’amélioration sociale. Mais plus tard, les Lumières le remettent en cause, et il sera aboli par la Révolution française en 1792 lors de la création du calendrier révolutionnaire. Il fut rétabli en 1814 lorsque les Bourbon revinrent au pouvoir, et réaboli en 1880. Mais un important mouvement social de contestation aboutira à sa réapparition en 1906, la loi est toujours en vigueur, instaurant un repos de 24 heures obligatoires suite à 6 jours de travail.

Etymologie de travailler – travail

L’origine du mot travail vient du latin tripalium, qui était un instrument de torture à trois pieux. Cela montre à quel point le travail était mal considéré depuis l’époque de la Rome antique ! Lois de Guill. = tourmenter, souffrir. Le verbe travailler vient du latin populaire tripaliãre, qui signifie torturer avec le tripalium.  Au XIIe siècle, le sens de travailleur devient plus moderne, signifiant celui qui tourmente. Dans la Grèce antique, seul le travail agricole était parfois valorisé. En général, il fut réservé aux esclaves dans la plupart des civilisations jusqu’à l’ère industrielle du XIXe siècle. Au Moyen Âge, les ‘ lettrés ‘ méprisent le travail agricole et tout ce qui n’est pas intellectuel. Les clercs et les chevaliers considèrent ceux qui travaillent comme inférieurs. La corvée était d’ailleurs le travail obligatoire gratuit dû par les paysans à leur seigneur, d’où sa signification actuelle : une corvée est bien une tâche obligatoire déplaisante. Au XIIIe siècle cependant, le principe du travail se modernise un peu, réhabilité par la scolastique (philosophie enseignée dans les universités au Moyen Âge), et les cisterciens se mettent à cultiver leurs domaines. Le travail devient ensuite facteur de production au XVIIIe siècle, puis vu comme une liberté créatrice au début du XIXe siècle. Enfin, la notion de salaire vient en contrepartie de la pénibilité du travail, offrant de ce fait la possibilité théorique de s’enrichir par ce même travail.

Testez votre culture générale avec LES QUIZ D’ALPHA chez TBE et AMAZON
Entrez dans les secrets de la langue française tout en vous amusant avec ALPHA ET LE SECRET DES MOTS , de Corinne DUVAL, un livre tous publics écrit par une professionnelle de la langue française : thebookedition.com/corinne-duval-alpha-et-le-secret-des-mots ou amazon.fr/Alpha-secret-mots-Corinne-DUVAL

Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...