found 2 matching posts pour 'origine estragon'


Estragon

L’estragon est une plante aromatique originaire des plaines de Sibérie. Les Mongols, au cours de leurs invasions, l’exportèrent au Moyen-Orient avant que l’estragon n’arrive en Europe.

Origine du mot estragon : milieu du XVIe siècle. Il s’agit d’une altération du mot targon (voir Rabelais 1540) et vient du latin botanique tarchon lui-même emprunté à l’arabe tarkhun qui veut dire ‘ petit dragon ‘. L’estragon est appelé ‘ herbe dragon ‘ aussi de par sa ressemblance avec les dragons marins de la mythologie. Autrefois, on pensait que les racines d’estragon avaient la vertu de guérir les morsures de serpents. De même on lui prêtait des vertus aphrodisiaques (les gens frottaient leurs vêtements avec de l’estragon pour se rendre plus désirables… cela masquait surtout des odeurs moins agréables à une époque où l’hygiène laissait… à désirer…).

Pourquoi ne trouve-t-on jamais de sachets de graines d’estragon dans les jardineries ? Parce que l’estragon n’a pas de fruit, donc pas de graines. Il fleurit parfois mais ses fleurs sont stériles. On n’en trouve jamais dans la nature, il est toujours cultivé. Le seul moyen de le multiplier est de diviser ses touffes ou de le bouturer. Le seul estragon qui se multiplie par graines est l’estragon russe, mais qui n’a aucune valeur culinaire et ressemble plus à de l’armoise.

L’estragon est utilisé dans les pots de cornichons mais aussi certains vinaigres, pour aromatiser les salades, les viandes et poissons, etc. Il se conserve très bien au congélateur pour l’hiver (blanchi et mis dans des sacs hermétiques).

Estragon

Estragon

Mots français d’origine arabe : estragon, massepain, orange

Voici les détails de trois autres mots français d’origine arabe : Estragon : milieu du XVIe siècle. Il s’agit d’une altération du mot targon (voir Rabelais 1540) et vient du latin botanique tarchon lui-même emprunté à l’arabe tarkhunMassepain : le nom de ce petit biscuit rond fait d’amandes, de sucre et de blancs d’oeufs trouve son origine au milieu du XVe siècle (boîte de confiseries), puis désignant au XVIe siècle le contenu de la boîte de confiseries. Il s’agit d’une altération d’après masse, de marcepain, provenant de l’italien marzapane, lui-même originaire de l’arabe mautaban (‘ roi assis ‘), qui fut aussi le nom d’une monnaie à l’époque des croisades, qui représentait justement le Christ assis. Passé en italien, ce mot désigna ensuite une boîte contenant un dixième de muid (le ‘ muid ‘ étant autrefois une mesure de capacité dont la valeur était différente selon les lieux et les marchandises). Orange : sa première origine remonte au XIIIe siècle (pume orenge), puis devint ‘ pomme d’orenge ’ au XVIe siècle. Pume orenge vient de l’ancien italien melarancia, de l’arabe narandj, mot lui-même d’origine persane. Ces fruits arrivaient autrefois dans le Nord par la ville d’Orange, d’où la similitude des noms.

Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...