found 6 matching posts pour 'origine du mot maire'


Différence entre vote et votation

Le vote et la votation ont en commun le fait de demander leur avis aux citoyens ou membres d’une assemblée. Le vote, mot anglais issu du latin votum = vœu,  désigne l’acte par lequel les citoyens d’un pays ou les membres d’une assemblée (association par exemple) expriment leur opinion lors d’une élection. Le vote, en France, est un processus institutionnel décidé par les élus ou le gouvernement. En revanche, la votation s’applique plus particulièrement à la Suisse, elle y désigne à l’origine un certain type de vote populaire, notamment les référendums d’initiative populaire et locale (ne venant pas des élus mais du peuple). Les votations fédérales y sont quant à elles officielles, ce sont des consultations populaires. La votation dite ‘ citoyenne ‘ existe cependant en France bien que non prévue par la loi. Elle permet de s’exprimer librement sur un sujet précis pour interpeller les institutions en place, tout en étant dépourvue d’objectif électoral (ce qui est le cas du vote). En 2009 par exemple, le collectif ‘ Contre la privatisation de la Poste ‘ avait utilisé ce terme de ‘ votation citoyenne ‘. Il fut utilisé également en 2011 pour les primaires socialistes. En juin 2016, une ‘ votation citoyenne ‘ en France est organisée par les 7 organisations syndicales (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) par rapport au projet de loi Travail (El Khomri) qui fait tant débat afin de permettre aux salariés, jeunes, privés d’emplois, retraités et citoyens de s’engager dans la mobilisation.

Alpha et le secret des mots, un livre utile à tous pour mieux comprendre la langue française et de manière ludique http://www.thebookedition.com/fr/alpha-et-le-secret-des-mots-p-127154.html

Allocation, allocution et élocution

Le nom ‘ allocation ’ est lié au verbe ‘ allouer ’ (apparu au XIe siècle, du latin populaire allocare = ‘ placer, prendre en location, dépenser ’) et sa signification actuelle désigne ‘ l’ attribution d’une somme d’argent ’, depuis la fin du XVe siècle. Exemple : ‘ Evelyne reçoit chaque mois des allocations familiales pour l’aider à élever ses trois enfants. ’ Le nom ‘ allocution ’ (du latin allocutio, de adloqui = ‘ parler ’) désignait autrefois la ‘ harangue des généraux ’ (petit discours) mais désigne tout type de discours depuis le XIXe siècle. Exemple : ‘ L’allocution du nouveau maire a été très applaudie car porteuse d’espoir pour le développement économique du village. ’ Le nom ‘ élocution ’ (XVIe siècle – du latin elocutio, de eloqui, loqui = ‘ parler ’) est à rapprocher du mot  ’ éloquence ’ (du latin eloquentia, même origine) et désigne la façon de parler d’une personne, la manière dont elle s’exprime oralement. Exemple : ‘ Grégoire parle toujours distinctement et articule bien, il a une très bonne élocution. ’ L’élocution est également, en termes de rhétorique (art de persuader par le discours, ensemble des procédés et techniques liés à l’art de s’exprimer), la partie ayant pour objet le choix et l’arrangement des mots. Exemple : ‘ Si vous souhaitez parler en public afin de vous faire élire, il va falloir soigner votre élocution quitte à prendre quelques cours de rhétorique, sinon les électeurs ne prêteront aucune attention au contenu de votre discours et vous perdrez toutes vos chances. ’

Qu’est-ce qu’un édile ?

Les édiles étaient, dans l’Antiquité romaine, les magistrats chargés de l’administration urbaine de Rome. Actuellement, un édile est un élu municipal (maire, adjoint, conseiller), détenteur du pouvoir exécutif. Les édiles avaient à l’origine pour fonctions essentielles l’entretien des bâtiments et de la voirie, la police, l’approvisionnement de la ville et l’organisation de jeux. Les édiles curules , créés en 365 av. J.C, s’asseyaient d’ailleurs sur un siège curule (voir mon autre article à ce sujet), symbole de leur pouvoir. Le terme édile est issu du mot latin aedes = temple. Au-delà de leurs autres fonctions, la première tâche des édiles était d’assurer l’entretien des bâtiments sacrés (temples), ce qui leur conférait un rôle religieux en plus du rôle civil. L’édilité (fait d’être édile) était la deuxième magistrature du cursus honorum. Il fallait avoir au moins 31 ans pour y prétendre, et d’autre part avoir occupé précédemment une autre magistrature. Les édiles étaient considérés comme sacro-saints et étaient accompagnés de licteurs, ces derniers étant les ancêtres de la garde prétorienne (unité d’élite de la garde romaine).

Maire : origine du mot et historique de la fonction de maire

Le maire est le premier magistrat d’une commune et en est l’organe exécutif, il est élu par le conseil municipal, lui-même élu par les électeurs de la commune. Mais d’où vient ce mot : maire ? Il est issu du latin major qui signifie ‘ plus grand ‘. La commune est apparue peu à peu en France et ce n’est qu’en 1790 qu’un réel statut en est fixé de manière précise. Les origines du mouvement communal remontent au XIe siècle. Le maire apparaît cependant au XIIe siècle.

À partir du moment où la commune était reconnue juridiquement et politiquement, elle devait se doter obligatoirement d’organes pour la représenter. Au début, en fonction des lieux et des époques on parlera de pairs, d’échevins ou de conseillers. Fin XVe siècle, les maires achetaient leur charge pour deux ans, ils étaient électeurs censitaires, à savoir qu’ils payaient le cens électoral (droit seigneurial), au final ils payaient leur droit de vote. Le mot maire trouve son origine dans le Polyptique d’Irminon, ouvrage de droit d’un Abbé de Saint-Germain-des-Prés (IXe siècle), où il emploie le mot maior pour désigner le représentant du domaine, à savoir celui qui administre le village pour le compte du seigneur. À l’origine, c’est par le maire que les citoyens étaient informés d’un changement de régime, des élections et nouvelles lois. Son impact sur la population a pris de l’importance au fil du temps. L’histoire des maires est liée à une fonction tiraillée entre pouvoir central et administrés, mais également peut être considérée comme la victoire de la démocratie, au départ locale mais qui s’est étendue au pays entier.

Le mandat municipal est de 6 ans. Le mode de scrutin diffère selon la taille de la commune. Après la réforme introduite par la loi n°2013-403 du 17 mai 2013, qui s’appliquera à partir du renouvellement général des conseils municipaux de 2014, il s’agira pour les élections des 23 et 30 mars 2014 d’un scrutin majoritaire plurinominal avec panachage pour les communes de moins de 1 000 habitants et d’un scrutin proportionnel de liste avec prime majoritaire, pour les communes plus importantes.

Différence entre illettré et analphabète

Illettré et analphabète sont synonymes mais il existe cependant une petite nuance.

Illettré (1560 – Pasquier – Dict. Étym.), du latin illiteratus = ignorant, fait référence essentiellement à l’absence ou au très peu d’études au-delà de l’école primaire. À l’origine, un illettré était un ‘ ignorant en littérature ’ (en ‘ lettres ’). Au sens actuel du mot, une personne illettrée est allée à l’école mais son apprentissage ne lui a pas permis, pour diverses raisons, de maîtriser de manière durable la lecture, l’écriture et le calcul. L’état d’une personne illettrée s’appelle l’illettrisme (néologisme – 1978).  Analphabète (de l’italien analfabeto = illettré) est plus fort et concerne plus particulièrement une personne qui ne sait pas lire du tout, qui n’a jamais appris à lire, et à l’origine ‘ qui ne connaît pas l’alphabet ’, le nom alphabet venant du latin impérial alphabetum, de alpha et bêta, les deux premières lettres de l’alphabet grec. L’état d’une personne ou d’une population analphabète s’appelle l’analphabétisme (Larousse mensuel illustré – 1907).

Homophones lait – laid – laie – lai – lais

Cool Ne pas confondre les homophones lait, laid, laie, lai et lais. Même prononciation mais sens différents !

Lait : nom masculin. Vient du latin ‘ lactis ‘. C’est le liquide généralement blanc sécrété par les glandes mammaires des femmes et femelles mammifères. Du lait de vache, de brebis, de chèvre. emoticone Astuce pour se souvenir qu’il y a un T à la fin : penser au mot ‘ laitage « .

Laid : adjectif. Vient du francique (langue des Francs). C’est le contraire de   » beau « . Laid, moche, vilain, affreux, inesthétique… emoticone Astuce pour se souvenir qu’il y a un D à la fin : penser au mot ‘ laideur ‘.

Laie : nom féminin (du francique ‘ lêha ‘). C’est la femelle du sanglier. Mais la laie est aussi, en sylviculture, un sentier rectiligne que l’on a percé dans une forêt. Son origine vient dans ce cas du francique ‘ laida ‘, qui veut dire ‘ chemin ‘.

Lai : nom masculin, du celtique ‘ laid ‘. Au Moyen Âge, il s’agissait d’un petit poème lyrique, narratif, ayant la particularité d’être écrit en octosyllabes à rimes plates.

Lai(e) : adjectif venant du latin ‘ laicus ‘. Un frère lai, une soeur laie. Ce sont des religieux ou religieuses qui restent laïcs tout en appartenant à une congrégation ou un ordre dont ils observent cependant la règle.

Lais : nom masculin pluriel. Les lais sont des terrains laissés à découvert une fois la mer retirée. Ils appartiennent au domaine public. emoticone Astuce pour se souvenir du S à la fin : le mot vient de ‘ laisser ‘.

Retrouvez gratuitement de nombreuses autres règles et astuces sur http://www.alorthographe.com

Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...