found 2 matching posts pour 'calendes grecques'


Les calendes grecques

L’expression ‘ renvoyer aux calendes grecques ‘ signifie remettre à un moment qui n’arrivera jamais, mais pourquoi ? Tout simplement parce que les calendes grecques n’existent pas ! Les calendes (nom féminin pluriel, du latin calendae) étaient le premier jour du mois dans la civilisation romaine, c’était également le jour où les dettes devaient être payées. Quant à eux, les Grecs n’ont jamais eu de calendes, d’où ‘ promettre de payer aux calendes grecques ‘, signifiant qu’on n’a pas l’intention de payer !

Jeudi : étymologie et histoire

Jeudi, ancien français juesdi (XIIe siècle), vient du latin Jovis diès, qui signifie ‘ jour de Jupiter ‘. Vous connaissez sans doute l’expression ‘ la semaine des quatre jeudis ‘, symbole de l’impossible. Exemple : ‘ C’est promis, je te rendrai visite la semaine des quatre jeudis ! ‘ … autrement dit : ‘ Je ne viendrai pas, ne compte pas sur ma visite ! ‘ En voici les origines : autrefois, le jour de repos des écoliers était le jeudi, avant de devenir le mercredi. Espérer une semaine contenant 4 jours de repos était un vœu pieux, l’expression est restée ! On dit aussi ‘ à la Saint-Glinglin ‘ (saint qui n’existe pas), ‘ aux calendes grecques ‘, ‘ quand les poules auront des dents ‘ pour exprimer quelque chose qui ne peut pas se réaliser. Au XIVe siècle, l’expression existait sous une autre forme mais avait le même sens : ‘ la semaine des deux jeudis ‘ pour signifier ‘ jamais ’. Le jeudi était le ‘ jour gras ‘ en ce sens qu’il précédait le vendredi, traditionnellement jour de jeûne ou de nourriture maigre. On ne mangeait pas de viande le vendredi, seul le poisson était permis, l’habitude est d’ailleurs restée. Dans beaucoup de cantines, on sert toujours du poisson particulièrement le vendredi. Le jeudi étant jour de fête pour bien remplir son ventre avant la privation du vendredi, il était d’usage de souhaiter avoir deux fois ce jour de fête dans la semaine ! … d’où l’expression ci-dessus ! Au XVIe siècle, l’expression évolua en ‘ semaine des trois jeudis ‘, dans le but d’exagérer encore la notion d’impossibilité, puis au XIXe siècle elle devint ‘ semaine des quatre jeudis ‘.

Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...