Boule puante, une histoire ancienne

Au sens propre comme figuré du terme, la boule puante porte bien son nom. Concernant l’accessoire de farces et attrapes, il s’agit d’une petite ampoule de verre dans laquelle est inséré du sulfure d’ammonium (sel d’ammonium du sulfure d’hydrogène) et qui, une fois brisée, libère de l’hydrogène sulfuré (gaz inflammable et incolore très toxique composé de soufre et d’hydrogène), particulièrement reconnaissable à son odeur nauséabonde d’œuf pourri. Ceux qui développent des photos connaissent bien l’odeur liée au virage sépia. J’en utilisais autrefois dans mon laboratoire au grenier chez mes parents… qui appréciaient moyennement, on se demande bien pourquoi !… Quant au sens figuré, très à la mode actuellement, il n’est pas nouveau. Déjà en 1965, lors de la campagne présidentielle, Charles de Gaulle avait utilisé cette expression qui en politique, consiste à révéler une affaire pour porter atteinte à la réputation d’une personne du camp adverse… ou pas… afin de la déstabiliser : Ceux qui lancent ces boules puantes finissent par sentir plus mauvais que ceux qui les reçoivent (Ch. de Gaulle).

Bouilleur de cru

Un bouilleur de cru ambulant est habilité à produire ses propres eaux-de-vie. Il s’agit d’un statut découlant du statut de propriétaire récoltant et non d’une profession comme par exemple le distillateur. Son alambic (appareil permettant la distillation) est déclaré aux douanes. Quant au privilège de bouilleur de cru, il s’agit d’un droit datant de Napoléon 1er : les descendants de ses soldats ont bénéficié de ce privilège permettant de distiller jusqu’à 20 litres d’alcool à 50 degrés ou 10 litres d’alcool pur (ou 1 000 premiers degrés d’alcool) par an, sans devoir payer les taxes proportionnelles à la quantité d’alcool mais le privilège n’est plus transmissible par héritage depuis 1959 (Pierre Mendès-France par voie législative), il s’éteint donc au décès de son bénéficiaire. Certains agriculteurs ont bénéficié également de ce droit. Il ne faut pas confondre ces bouilleurs de cru détenteurs du privilège avec les viticulteurs bouilleurs de crus d’armagnac, calva et cognac qui eux, sont soumis aux règles de  l’Institut National des Appellations d’Origine (eaux de vie AOC).Les alambics communaux sont enregistrés et plombés hors période de distillation. En France, il est donc interdit de posséder et d’utiliser un alambic sans autorisation préalable. L’ensemble des bouilleurs de cru, ceux dits privilégiés et les autres, sont définis à l’article 315 du CGI (Code général des impôts) : propriétaires, fermiers, métayers, vignerons qui distillent des boissons alcoolisées ou des fruits venant de leur récolte. L’article 317 du même code précise quant à lui le niveau de taxation applicable selon la catégorie de bouilleurs, qu’ils soient privilégiés ou pas.

Fasciculation

Le nom féminin fasciculation, du latin fasciculus, de fascis (= fagot), ne vous dit peut-être rien à première vue… mais pourtant, nous connaissons tous ce phénomène lié au corps humain. La fasciculation est une brève crispation musculaire involontaire, vous savez, la paupière qui saute, vous connaissez, non ? Cette sensation désagréable et aléatoire peut se produire sur tous les muscles (surtout aux paupières, bras et jambes), qui se mettent à trembler sans raison apparente. Elle est causée généralement par la fatigue ou l’anxiété. Une solution qui ne fonctionne cependant pas à tous les coups consiste à se détendre pour arrêter ces tressautements. Pourquoi fascicule ? Parce que les muscles se mettent en petits fagots, en fascicules.

Les fibres alimentaires – légumes – légumineuses

Les fibres alimentaires sont les résidus fibreux des aliments végétaux. L’apport journalier conseillé se situe autour de 30 grammes (hommes et femmes). Fruits riches en fibres : pomme, poire, prune, abricot, mûre, framboise, fraise, kaki Persimon, noix de coco, goyave, fruit de la passion, groseille, cassis, fruits séchés (figues, pruneaux, noisettes, dattes, amandes, cacahuètes). Légumes riches en fibres : haricot blanc ou rouge, lentilles, aubergine, petits pois, pois chiches, courgette, asperge, pomme de terre, poireau, carotte. Il est important de préciser que les fibres sont contenues en partie dans la peau des fruits et des légumes. Avantages des fruits et légumes riches en fibres : pauvres en calories, piègent les graisses saturées, gonflent dans l’estomac (effet coupe-faim), favorisent le transit, effet diurétique. Aliments particulièrement fibreux : céréales complètes, pain au son, pruneaux, melon, pastèque, peau de tous les fruits (attention, ne la manger que si le fruit est cultivé biologiquement), céleri branche, haricot vert, poireau, rhubarbe, cresson, oseille, légumineuses (lentilles, haricots blancs et rouges, etc.), crudités de manière générale.

Les termes légume et légumineuse ne désignent pas les mêmes choses. Les légumes sont des plantes potagères dont on peut manger les graines (riz), les feuilles (épinards), les tiges (rhubarbe) ou les racines (pommes de terre, carottes…), selon les espèces. Les légumineuses sont notamment les légumes secs (comportant 8 à 15 % de fibres) qui regroupent les haricots blancs/rouges, les lentilles vertes/blondes, les pois et les fèves. Leur gousse est exploitée comme légume (haricots, pois). Le fourrage est une légumineuse (trèfle, luzerne).

Différence entre radicalité et radicalisation

Le terme radical vient du bas latin radicalis, de radix, -icis = racine. Le nom féminin radicalité désigne le caractère radical de quelque chose, c’est le fait ou la caractéristique de ne pas admettre d’exception. Un mot radical est aussi, en langue française, un mot simple auquel on ne peut enlever aucun préfixe ni suffixe. L’adjectif radical désigne ce qui est en rapport avec la racine, l’essence de quelque chose, le principe fondamental ou qui a une action décisive sur les causes profondes d’un phénomène : une décision radicale. Le nom radicalisme était synonyme de radicalité mais a pris depuis quelques dizaines d’années, pour les raisons que l’on  connaît, un sens politique éloigné de son sens initial. Le nom féminin radicalisation désigne le fait de se radicaliser ou l’action de radicaliser d’autres personnes. C’est le processus par lequel un individu ou un groupe d’individus adopte une forme violente d’action directement liée à une idéologie extrémiste dont le contenu est politique, social ou religieux et contestant l’ordre établi (plan politique, social, culturel, religieux).

1...34567...284

Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...