Sel et sodium

Le sel est composé de chlorure de sodium. Son symbole est NaCl. Le sel de cuisine marin, composé à environ 60 % de chlorure et de 40 % de sodium, est extrait des marais salants par saliculture ou des mines pour le sel de déneigement (sel gemme à granularité moyenne). Dans un gramme de sel de table, il y a un peu moins de 400 mg de sodium. Le sodium quant à lui est un métal mou argenté et très réactif, de symbole Na et de numéro atomique 11. Il est très abondant dans la nature sous forme de composés chimiques, notamment dans le sel marin et le sel gemme. Il n’existe pas tel quel à l’état naturel, il est toujours associé à un autre élément.

Testez votre culture générale avec LES QUIZ D’ALPHA chez TBE et AMAZON
Découvrez les secrets de la langue française tout en vous amusant avec ALPHA ET LE SECRET DES MOTSthebookedition.com/corinne-duval-alpha-et-le-secret-des-mots ou amazon.fr/Alpha-secret-mots-Corinne-DUVAL

Différence entre mollusques, coquillages et crustacés

Les mollusques ont un corps mou et vivent dans la mer à part l’escargot qui est terrestre. Le nom vient du latin mollusca signifiant noix à écorce molle (1650 Jan Jonson Historiae naturalis de exanguibus aquaticis libri IV, encyclopédie dite aussi Histoire des animaux). Certains mollusques sont pourvus d’une coquille à deux valves comme les bivalves (coques, palourdes) ou en un seul morceau comme les gastropodes ou gastéropodes (coquille spiralée, plate ou conique). Les mollusques sans coquille sont les poulpes, les calamars, les seiches (dont les noms peuvent différer selon les régions). Leur tête est pourvue d’une poche à encre qui leur sert à se défendre en cas d’attaque, ce sont des céphalopodes. Les coquillages sont quant à eux des mollusques avec coquille (moule, bigorneau, bulot, couteau, coquille Saint Jacques, palourde, coque, pétoncle, telline, praire…). Le mot coquillage vient du latin conchylia emprunté au grec kogkhulion (= coquille). Les crustacés sont des animaux aquatiques (eau salée et douce) à respiration branchiale et munis de pattes et d’un exosquelette (carapace) en partie calcaire, comme par exemple la langouste, le crabe, la crevette, l’écrevisse. Le nom crustacé vient du latin scientifique crustaceus, mot lui-même traduit du grec malakostrakos en latin crusta qui signifie croûte. Quant au terme de fruits de mer, il désigne autant les coquillages que les crustacés marins en cuisine et ne s’applique bien sûr qu’à des organismes comestibles (animaux invertébrés et végétaux). Attention, les poissons ne sont pas des fruits de mer.

Testez votre culture générale avec LES QUIZ D’ALPHA chez TBE et AMAZON
Découvrez les secrets de la langue française tout en vous amusant avec ALPHA ET LE SECRET DES MOTSthebookedition.com/corinne-duval-alpha-et-le-secret-des-mots ou amazon.fr/Alpha-secret-mots-Corinne-DUVAL

Différence entre potiron et potimarron

Le potiron et le potimarron font tous deux partie de la famille des cucurbitacées et sont souvent confondus. Voici quelques précisions pour aider à les reconnaître. Le potiron, originaire des régions tropicales d’Amérique du Sud, de couleur orange rougeâtre, est de petite taille quasi-cylindrique. Le mot, altération du vieux français poistron lui-même issu du latin populaire posterior (= derrière, postérieur)  en raison de sa forme,  est apparu au XVIe siècle, désignant à l’époque un gros champignon. Le potiron est également appelé citrouille giraumon. Très aqueux (95 % d’eau), il est particulièrement utilisé pour faire de la soupe. Le potimarron quant à lui est plus allongé, un peu en forme de poire, de couleur marron rougeâtre, rouge brique. Il est originaire d’Amérique du Sud et sa première forme, le kabocha, aurait été introduite au Japon par des navigateurs portugais en 1541. Une famille japonaise aurait ensuite  amené le potimarron en France en 1957 mais d’après une autre hypothèse, le kabocha squash (nom anglais) aurait pu être créé lui-même par les Japonais à partir d’une courge chinoise. Le potimarron a d’ailleurs été appelé, au début, potiron doux d’Hokkaido. C’est une variété de courge voisine du potiron (Cucurbita maxima). Le potimarron a un goût de châtaigne et sa chair est jaune et farineuse, plus ferme que celle du potiron. Son nom est une contraction des mots potiron et marron.

Testez votre culture générale avec LES QUIZ D’ALPHA chez TBE et AMAZON
Entrez dans les secrets de la langue française tout en vous amusant avec ALPHA ET LE SECRET DES MOTS , de Corinne DUVAL, un livre tous publics écrit par une professionnelle de la langue française : thebookedition.com/corinne-duval-alpha-et-le-secret-des-mots ou amazon.fr/Alpha-secret-mots-Corinne-DUVAL

Différence entre terreau et compost

Si vous avez un jardin ou des bacs potagers sur votre terrasse, l’utilisation de terreau et de compost est utile pour la croissance des cultures. Mais quelle différence entre les deux ? Premièrement, le terreau et le compost sont issus de la décomposition de matières organiques végétales ou animales. Le terreau est une terre enrichie de matières organiques en décomposition comme du fumier et des débris végétaux, ainsi que de matières minérales pour certains d’entre eux. C’est un support de culture prêt à planter. Le compost, lui, est un produit organique très facile à fabriquer soi-même dans un bac spécial. Il est obtenu grâce à un processus de valorisation des matières organiques (déchets  ménagers de légumes, cendres, marc de café, coquilles d’œuf concassées, feuilles mortes…) appelé compostage. Une fois mélangé à la terre (ne jamais l’utiliser seul, il brûlerait les plantes, trop puissant), il constitue un terreau. Le compost est destiné à enrichir le sol en micro-organismes, humus et éléments minéraux nécessaires à la croissance des plantes. Le compost agit avant tout sur la qualité du sol, c’est un excellent amendement, tandis que le terreau aide directement les plantes à se développer.

Testez votre culture générale avec LES QUIZ D’ALPHA chez TBE et AMAZON
Entrez dans les secrets de la langue française tout en vous amusant avec ALPHA ET LE SECRET DES MOTS , de Corinne DUVAL, un livre tous publics écrit par une professionnelle de la langue française : thebookedition.com/corinne-duval-alpha-et-le-secret-des-mots ou amazon.fr/Alpha-secret-mots-Corinne-DUVAL

Garder une poire pour la soif

Garder une poire pour la soif signifie économiser. Mais pourquoi une poire et pas une pomme, une prune ou un autre fruit ? Et quel rapport avec les économies ? L’expression date du XVIe siècle et à cette époque-là, les famines et disettes étaient encore courantes. La poire possède l’intérêt d’être très juteuse et par conséquent, elle pourra au moins, au sens propre, étancher la soif en cas de manque, d’où garder une poire pour la soif. Quant aux économies au sens de l’expression utilisant l’image de la poire, il s’agit de garder un peu d’argent de côté pour le cas où on viendrait à en manquer.

Testez votre culture générale avec LES QUIZ D’ALPHA chez TBE et AMAZON
Entrez dans les secrets de la langue française tout en vous amusant avec ALPHA ET LE SECRET DES MOTS , de Corinne DUVAL, un livre tous publics écrit par une professionnelle de la langue française : thebookedition.com/corinne-duval-alpha-et-le-secret-des-mots ou amazon.fr/Alpha-secret-mots-Corinne-DUVAL

12345...293

Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...