posts dans la catégorie 'Vocabulaire plantes aromatiques'


Pimprenelle

Hormis la célèbre marionnette du même nom (Pimprenelle) de la série télévisée Bonne nuit les petits dans les années 60, la pimprenelle est une plante herbacée vivace de la famille des Rosacées. Ses fleurs sont très petites et ses feuilles au goût de concombre sont utilisées dans l’assaisonnement des salades. Elle pousse partout en Europe. Elle a cette particularité d’être une plante polygame : un pied porte des fleurs unisexuées mâles et d’autres unisexuées femelles voire même hermaphrodites. Pimprenelle n’est pas un prénom utilisé, cependant il existe dans le calendrier révolutionnaire, le 17e jour du mois de floréal (qui signifie de l’épanouissement des fleurs) et qui est officiellement appelé jour de la Pimprenelle.

Pimprenelle

Pimprenelle

Ail des ours

L’ail des ours est une plante aromatique sauvage, on l’appelle aussi ail sauvage. Son nom latin est allium ursinum, c’est une plante herbacée vivace de la famille des amaryllidaceae (famille de plantes monocotylédones, ordre des asparagales, qui comprend plus de huit cents espèces elles-mêmes réparties en 60 genres environ). Selon la légende, les ours en raffolent au sortir de l’hibernation et en font une consommation pantagruélique, d’où le nom de cette plante.

Ail des ours

Ail des ours

Cette plante qui a toutes les propriétés de l’ail cultivé était autrefois utilisée dans les rites de magie blanche. La femme enceinte devait en porter dans ses poches pour protéger l’enfant à naître. Ses feuilles sont consommées comme légume, par exemple crues dans les salades ou cuites comme les épinards. Le bulbe est également très apprécié. L’ail des ours est utilisé également avec du beurre pour assaisonner les grillades.

Lavande

La lavande est une plante aromatique très parfumée essentiellement méditerranéenne bien qu’elle pousse dans de nombreuses autres régions, à partir du moment où le terrain est rocailleux. Origine du nom lavande : vient de l’italien lavanda (‘ qui sert à laver ‘). Il existe deux sortes de lavande : la vraie lavande (lavandula vera) et la lavande aspic (lavandula spica). En Provence, la lavande est appelée ‘ baïasse ‘, et les champs de lavande sont appelés des ‘ baïassières ‘. La lavande qui y est cultivée est en fait du lavandin, hybride naturel de la lavande.

La lavande attire beaucoup les abeilles, on en fait d’ailleurs du miel, de goût assez puissant, excellent pour soulager la migraine et autres maux de tête. Elle réduit également l’anxiété et aide à l’endormissement. La lavande est utilisée pour parfumer les vêtements dans les placards (on la met dans de petits sachets de toile) et éloigner les mites. Son odeur est légèrement camphrée. Elle est beaucoup utilisée en parfumerie. Les Romains l’utilisaient d’ailleurs pour parfumer leurs bains et leurs vêtements. Ses propriétés apaisantes la firent aussi considérer autrefois comme favorisant la chasteté. La fondatrice de l’ordre des Ursulines, Sainte Angèle Merici, infligeait des jeûnes à base de lavande et de romarin aux religieuses de son couvent convaincues de pensées interdites… D’un point de vue plus médical, ses pouvoirs désinfectants étaient reconnus au Moyen Âge. On en faisait des fumigations et des emplâtres pour combattre la peste.

Lavande

Lavande

Estragon

L’estragon est une plante aromatique originaire des plaines de Sibérie. Les Mongols, au cours de leurs invasions, l’exportèrent au Moyen-Orient avant que l’estragon n’arrive en Europe.

Origine du mot estragon : milieu du XVIe siècle. Il s’agit d’une altération du mot targon (voir Rabelais 1540) et vient du latin botanique tarchon lui-même emprunté à l’arabe tarkhun qui veut dire ‘ petit dragon ‘. L’estragon est appelé ‘ herbe dragon ‘ aussi de par sa ressemblance avec les dragons marins de la mythologie. Autrefois, on pensait que les racines d’estragon avaient la vertu de guérir les morsures de serpents. De même on lui prêtait des vertus aphrodisiaques (les gens frottaient leurs vêtements avec de l’estragon pour se rendre plus désirables… cela masquait surtout des odeurs moins agréables à une époque où l’hygiène laissait… à désirer…).

Pourquoi ne trouve-t-on jamais de sachets de graines d’estragon dans les jardineries ? Parce que l’estragon n’a pas de fruit, donc pas de graines. Il fleurit parfois mais ses fleurs sont stériles. On n’en trouve jamais dans la nature, il est toujours cultivé. Le seul moyen de le multiplier est de diviser ses touffes ou de le bouturer. Le seul estragon qui se multiplie par graines est l’estragon russe, mais qui n’a aucune valeur culinaire et ressemble plus à de l’armoise.

L’estragon est utilisé dans les pots de cornichons mais aussi certains vinaigres, pour aromatiser les salades, les viandes et poissons, etc. Il se conserve très bien au congélateur pour l’hiver (blanchi et mis dans des sacs hermétiques).

Estragon

Estragon

Ciboulette

La ciboulette est une herbe aromatique que l’on cultive dans le monde entier. Elle mesure entre 10 et 20 cm et ses premiers boutons apparaissent généralement au mois de mai. Elle proviendrait au départ de l’est du bassin méditerranéen et fut propagée par les Romains dans toute l’Europe du nord. Sa culture était très répandue dans les monastères au Moyen Âge. La ciboulette est particulièrement riche en provitamine A et en vitamine C. Ses tiges sont utilisées pour aromatiser les salades, viandes, fromages, poissons etc. On peut utiliser des fleurs macérées de ciboulette dans du vinaigre blanc pour lui donner une belle couleur rose et le parfumer. La ciboulette fut utilisée autrefois par les canuts (ouvriers lyonnais du tissage de la soie), pour fabriquer notamment le claqueret, fromage liquide à mettre sur les pommes de terre (fromage blanc en faisselle, crème fraîche, huile d’olive, échalotes, vinaigre, vin blanc et ciboulette bien sûr) . La recette s’appelle maintenant : cervelle de canut.

Ciboulette

Ciboulette

Testez votre culture générale avec LES QUIZ D’ALPHA culture générale chez TBE et AMAZON

Hysope, plante aromatique

L’hysope est une plante aromatique qui fut beaucoup utilisée depuis l’Antiquité et notamment au Moyen Âge où elle était très cultivée. Nom latin : hyssopus. Famille : lamiacées. On l’appelle aussi herbe sacrée. Elle est utilisée en cuisine (feuilles et fleurs) pour ses propriétés mentholées et camphrées. Autrefois, elle servait beaucoup lors de rites de purification. On en remplissait des sachets qu’on pendait dans les maisons pour chasser les ondes négatives et on en brûlait les feuilles pour purifier l’air, assainir (comme la sauge). Symbolisme de l’hysope : propreté et pureté. Dans la Bible (Psaumes 51,9), cette plante purificatrice est évoquée : « Ôte mon péché avec l’hysope et je serai pur ». L’hysope est également utilisée dans la confection de nombreuses liqueurs et autres alcools : Bénédictine, Chartreuse, pastis, vermouth…

Hysope officinale

Hysope officinale

Serpolet, plante aromatique

Le serpolet est une plante vivace très résistante à l’altitude et au froid, proche du thym, mais son miel est plus parfumé, son goût plus fin et il pousse dans tout l’hémisphère Nord alors que le thym est d’origine méditerranéenne. Il pousse surtout dans des terrains calcaires (secs et rocailleux). Son nom latin : thymus serpyllum. Le serpolet peut être désigné sous plusieurs noms : thym rouge, serpoule, pouyou bâtard, pouilleux, thym serpolet, pouillet, piolet, poliet, poleur. Le serpolet est habituellement utilisé en cuisine pour parfumer les viandes (blanches ou rouges), les poissons, les sauces, etc. On en trouve également dans des liqueurs comme la Chartreuse. Symbolisme du serpolet : l’étourderie. Autrefois dans les campagnes, on utilisait le serpolet contre la toux et les crises d’asthme, mais également les vertiges et autres maux de tête. Il servait également, en friction, pour soulager la sciatique.

Serpolet

Serpolet

La rue, plante aromatique

Tout le monde connaît la rue en tant que voie publique. Mais le nom rue désigne également une plante aromatique méditerranéenne, utilisée dans la préparation des salades mais également en soin pour combattre les poux. Elle était autrefois utilisée aussi pour soigner les maux de tête et d’yeux, les maux d’estomac. De plus, elle servait d’antivenimeux et antipoison. Des propriétés antiseptiques, antispasmodiques et diurétiques lui sont attribuées. Dans les pays orientaux, on l’utilise encore même dans la confection d’amulettes pour combattre les mauvais esprits. Il existe 4 espèces de rue (famille des rutacées) :

1 – Ruta graveolens, également appelée herbe/rue de grâce, rue domestique ou rue des jardins, rue officinale mais aussi rue puante en raison de son odeur.

2- Ruta montana, la rue des montagnes.

3 – Ruta chalepensis, la rue d’Alep.

4 – Ruta corsica, la rue de Corse.

Rue officinale

Rue officinale

 

 

Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...