posts dans la catégorie 'Mots français d’origine espagnole'


Origine du mot chocolat

Le mot chocolat vient de l’espagnol chocolate, issu du nahuatl (langue indigène toujours parlée au Mexique et au Salvador) xocoatl - chocolatl, lui-même dérivé de xocolli qui signifie amer et de atl (mot aztèque) qui désigne l’eau. Une autre origine lui est attribuée, assez proche d’ailleurs ! Selon le philologue Ignacuio Davila Garibi, le mot chocolat pourrait être un mélange créé par les conquistadors espagnols, et viendrait du mot maya chocol, et du nahuatl atl. Cette version n’est cependant pas officiellement confirmée. La première explication est plus plausible.

Un peu d’histoire : autrefois (1 000 ans av. J.-C.), les fèves de cacao étaient utilisées comme monnaie d’échange mais également comme unité de calcul en Amérique centrale. Cela se retrouve dans les hiéroglyphes mexicains. Des résidus de chocolat ont été trouvés également dans des poteries très anciennes datant de 2 600 ans. Le cacaoyer était véritablement l’arbre des dieux. Du cacao été retrouvé également dans des tombes auprès des défunts, laissant supposer qu’un rituel funéraire existait à ce niveau. Une fois importé en Europe par les conquistadors, en premier lieu à la cour du roi Charles Quint (XVIe siècle), le chocolat fut utilisé essentiellement par les plus riches, en tant que denrée rare donc chère !

Aficionado

Le mot ‘ aficionado ‘ est un mot espagnol présent dans la langue française depuis la fin du XIXe siècle. Il désigne au départ les amateurs de courses de taureaux et de corridas en Espagne, mais par extension il désigne maintenant, au sens figuré, des amateurs passionnés quel que soit l’objet d’intérêt. Pluriel : des aficionados.

Origine du mot cacahuète

Le mot ‘ cacahuète ‘ vient de l’espagnol cacahuete, lui-même dérivé du mexicain cacahuate et issu du mot nahuatl (langue des Aztèques) tlacacahuatl (tlalli = terre et cacahuatl = cacao). On peut l’écrire également cacahouète. C’est le fruit/graine de l’arachide, légumineuse cultivée dans les pays chauds. Le mot date du début du XIXe siècle. La cacahuète a été découverte par les explorateurs espagnols lors de la conquête du nouveau monde. Ils en ont bien sûr ramené en Europe puis en ont exporté vers l’Asie et l’Afrique pour y cultiver l’arachide. Le mot arachide est plus ancien et date du XVIIIe siècle. Il vient du latin arachidna, lui-même emprunté au grec arakidna ou arakos qui désigne la gesse, plante grimpante décorative de l’hémisphère nord utilisée également comme fourrage.

Qu’est-ce qu’une capilotade ?

Le nom féminin ‘ capilotade ‘ (aussi écrit ‘ cabirotade ‘) vient de l’espagnol capirotada qui désigne un ragoût aux câpres. Il possède deux sens, l’un propre et l’autre figuré. Au sens propre, il s’agit bien d’un plat cuisiné, constitué de morceaux de viande déjà cuits, de restes, c’est une sorte de ragoût. Au sens figuré, mettre en capilotade signifie mettre en pièces, en mauvaise situation, en ruine, écraser, mettre en faillite, en échec, par comparaison avec le plat de viande en morceaux.

Qu’est-ce qu’une capilotade ?

Une capilotade est un ragoût constitué de restes de viandes déjà cuites, coupés en petits morceaux. Ce mot vient de l’espagnol capirotada, qui signifie… ragoût ! L’expression liée ‘ mettre en capilotade ‘ signifie mettre en pièces, en charpie, en miettes, écraser.

Mot français d’origine arabe et espagnole : récif

Le mot récif a été introduit dans la langue française par les colons d’Amérique à la fin du XVIIe siècle. Il vient de l’espagnol arrecife qui signifie chaussée, de l’arabe ar-rasif qui veut dire chaussée, digue (en portugais : recife ==> ville brésilienne Recife).

Mot français d’origine arabe, grecque et espagnole : guitare

Le mot guitare (XIVe siècle) vient de l’espagnol guitarra, mais issu de deux mots : guit (du sanskrit sangeeta = musique) et de târ (mot perse qui signifie corde). Il est aussi issu du latin cithara et du grec kithara. Le mot guitare a remplacé celui de l’ancien français : guiterne.

Mot français d’origine arabe et espagnole : alcarazas

Un alcarazas est un vase de terre, une crûche dans laquelle l’eau se rafraîchit par évaporation. Le mot vient de l’espagnol alcarraza, emprunté à l’arabe al-karaz (ou al-kurraz) désignant une cruche de terre poreuse. Il existe des variantes orthographiques : alcarasaz et alcarraza. On l’appelle aussi gargoulette, mot qui quant à lui vient de l’ancien français gargoule.

Mot français d’origine arabe et espagnole : algarade

Une algarade est une querelle, une attaque subite, violente, inopinée. Le mot (XVIe siècle) vient de l’espagnol algarada (= cris poussés par les combattants) lui-même emprunté à l’arabe al-ghara (= attaque à main armée, raid, razzia). Le mot prit rapidement le sens de ‘ discussion vive ‘ mais le sens premier est resté présent jusqu’au XVIIe siècle.

Mot français d’origine arabe et espagnole : alcôve

Alcôve (nom féminin) : XVIIe siècle. Le mot vient de l’espagnol alcoba (= chambre à coucher), emprunté à l’arabe al-qubba qui signifie ‘ petite chambre, dôme, voûte, coupole ’. En hébreu, le mot est kubbah, signifiant ‘ tente ronde, niche pour dormir « . L’alcôve fut d’abord un lieu de réception séparé du reste de la chambre à coucher, puis désigna un ‘ petit réduit ‘ au XVIIIe siècle, et enfin, à l’époque de la Restauration, le mot finit par désigner un renfoncement dans le mur destiné à y mettre un lit. Les alcôves existent cependant depuis longtemps puisqu’il en a été retrouvé à Pompéi. L’expression : ‘ l’alcôve des précieuses ‘ désignait au XVIIe siècle la partie de la chambre où les ‘ femmes de qualité ‘ tenaient salon (aristocrates). On y discutait des nouvelles de la cour du roi, on y chantait, on s’y divertissait de différentes manières, mais on y parlait aussi littérature, on y lisait des lettres.

Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...