posts dans la catégorie 'Mots français d’origine arabe'


Assassin étymologie

Un assassin, tout le monde sait ce que c’est, mais l’origine du mot, la connaissez-vous ? Il vient de l’italien assassino emprunté à l’arabe hachchàchi qui signifie : ‘ fumeur de haschisch ‘ (écrit aussi hachisch ou haschich, le chanvre indien). Oui oui, mais quel rapport entre ces mots ? Il faut remonter au XIe siècle où les fidèles du Vieux de la Montagne étaient ainsi nommés. Ils vivaient avec leur chef ismaélien (courant minoritaire de l’islam chiite, ismaélisme de Perse, les Nizârites) Chaykh Al-Jabal (plusieurs orthographes possibles) dans la forteresse d’Alamut au nord-ouest de Téhéran. Peu nombreux, ils faisaient régner la terreur dans tout le Moyen-Orient en tuant systématiquement les chefs et souverains des adversaires, aussi bien chez les musulmans que chez les chrétiens. Dès qu’un souverain était assassiné, son peuple était terrorisé. C’est l’origine de ce que l’on appelle le terrorisme. Quel rapport avec le haschisch ? Chaykh Al-Jabal, entre autres techniques de manipulation, droguait ses disciples… au haschisch évidemment… pour les rendre capables de tuer, d’assassiner. Et pour de plus amples informations : expositions.bnf.fr/marine/grand/fr_2810_017.htm

Différence entre calendrier et almanach

Un almanach est un calendrier mais tout calendrier n’est pas un almanach !

Un calendrier (du latin calendarium = ‘ livre d’échéances ‘, de calendae = ‘ calendes ‘), outre un programme échelonné dans le temps (exemple : calendrier des réunions) est généralement un tableau où sont notés les jours, les semaines, les mois et faisant éventuellement mention des fêtes de l’année et des cycles lunaires.

Un almanach (du latin médiéval almanachus, de l’arabe al-manakh lui-même issu du grec salmeskhoiniaska = ‘ livre des naissances ‘) est un calendrier un peu particulier. Il est en général illustré et comporte tout un tas d’indications diverses sur la météo, l’astronomie, l’astrologie, les plantations saisonnières, voire la cuisine, la médecine ou encore d’autres thèmes.

Etymologie des mots avatar et avarie

Le mot avatar (1800) vient du sanscrit avâtara, qui désigne la descente sur terre d’un être divin, puis les différentes réincarnations et transformations successives de Vishnu (Vichnou), au nombre de 10 : poisson, tortue, sanglier, homme-lion, nain, les deux Sama, Krichna, Bouddha et Calci. Plus concrètement, le mot désigne dès la fin du XIXe siècle ‘ chacune des formes diverses que prend successivement une chose ou une personne ‘.

Attention, avatar ne doit pas être confondu avec le mot avarie, qui signifie mésaventure et qui est souvent utilisé à sa place (barbarisme, faute de langage). L’origine de ce mot vient de l’italien avaria, emprunté à l’arabe awar, qui signifie ‘ dommage ‘ (XIIIe siècle).

Mot français d’origine arabe et espagnole : récif

Le mot récif a été introduit dans la langue française par les colons d’Amérique à la fin du XVIIe siècle. Il vient de l’espagnol arrecife qui signifie chaussée, de l’arabe ar-rasif qui veut dire chaussée, digue (en portugais : recife ==> ville brésilienne Recife).

Mot français d’origine arabe, grecque et espagnole : guitare

Le mot guitare (XIVe siècle) vient de l’espagnol guitarra, mais issu de deux mots : guit (du sanskrit sangeeta = musique) et de târ (mot perse qui signifie corde). Il est aussi issu du latin cithara et du grec kithara. Le mot guitare a remplacé celui de l’ancien français : guiterne.

Mot français d’origine arabe et espagnole : alcarazas

Un alcarazas est un vase de terre, une crûche dans laquelle l’eau se rafraîchit par évaporation. Le mot vient de l’espagnol alcarraza, emprunté à l’arabe al-karaz (ou al-kurraz) désignant une cruche de terre poreuse. Il existe des variantes orthographiques : alcarasaz et alcarraza. On l’appelle aussi gargoulette, mot qui quant à lui vient de l’ancien français gargoule.

Mot français d’origine arabe et espagnole : algarade

Une algarade est une querelle, une attaque subite, violente, inopinée. Le mot (XVIe siècle) vient de l’espagnol algarada (= cris poussés par les combattants) lui-même emprunté à l’arabe al-ghara (= attaque à main armée, raid, razzia). Le mot prit rapidement le sens de ‘ discussion vive ‘ mais le sens premier est resté présent jusqu’au XVIIe siècle.

Mot français d’origine arabe et espagnole : alcôve

Alcôve (nom féminin) : XVIIe siècle. Le mot vient de l’espagnol alcoba (= chambre à coucher), emprunté à l’arabe al-qubba qui signifie ‘ petite chambre, dôme, voûte, coupole ’. En hébreu, le mot est kubbah, signifiant ‘ tente ronde, niche pour dormir « . L’alcôve fut d’abord un lieu de réception séparé du reste de la chambre à coucher, puis désigna un ‘ petit réduit ‘ au XVIIIe siècle, et enfin, à l’époque de la Restauration, le mot finit par désigner un renfoncement dans le mur destiné à y mettre un lit. Les alcôves existent cependant depuis longtemps puisqu’il en a été retrouvé à Pompéi. L’expression : ‘ l’alcôve des précieuses ‘ désignait au XVIIe siècle la partie de la chambre où les ‘ femmes de qualité ‘ tenaient salon (aristocrates). On y discutait des nouvelles de la cour du roi, on y chantait, on s’y divertissait de différentes manières, mais on y parlait aussi littérature, on y lisait des lettres.

Mots français d’origine arabe : matelas et jupe

Matelas : l’origine de ce nom remonte au XIIIe siècle sous la forme ‘ materas ‘. Il vient de l’italien materasso, de l’arabe matrash qui signifie ‘ chose jetée ‘ (de tarash = jeter, d’après l’usage oriental du coussin que l’on étend sur le sol en guise de couche). Vous regarderez désormais votre lit d’une autre façon… Jupe : l’origine de ce nom remonte au XIIe siècle, il vient de l’arabe djubba, qui désigne un ‘ long vêtement de laine de dessous ‘. Le mot ‘ jupon ‘ quant à lui, n’apparaît qu’au début du XIVe siècle.

Mots français d’origine arabe : carafe et gabelle

Carafe : l’origine de ce mot remonte au XVIe siècle. Il vient de l’italien caraffa, emprunté à l’arabe gharraf, signifiant ‘ pot à boire ‘, par l’intermédiaire de l’espagnol garrafaGabelle : le nom de cet impôt sur le sel trouve son origine au XIVe siècle, il vient de l’italien gabella, emprunté à l’arabe kabala, qui signifie ‘ impôt ‘. Ce mot fut transmis de Sicile par les Normands.

Mot français d’origine arabe : chiffre

Chiffre : l’origine de ce mot remonte au début du XIIIe siècle (1220),  sous la forme ‘ cifre ‘ en ancien français, et signifie ‘ zéro ‘, puis en 1486 ‘ chiffre ‘, signifiant ‘ écriture secrète ‘. Le mot est issu de l’italien cifra (prononcer tchi-), du latin médiéval cifra, emprunté à l’arabe sifr, qui signifie ‘ zéro ‘, ‘ vide ‘. Notre système décimal utilise d’ailleurs les ‘ chiffres arabes‘ : 1-2-3-4-5-6-7-8-9-0. Il est important de préciser que ceux-ci furent inventés en Inde, empruntés ensuite par la civilisation arabo-musulmane dès le IXe siècle et décrits dans un ouvrage d’Al-Khawarizmi. Ils furent peu à peu transmis à l’Occident médiéval où ils ont mis plusieurs siècles à s’imposer, remplaçant progressivement les ‘ chiffres romains . Ils se sont finalement imposés dans le monde entier du fait qu’ils permettent une notation aisée dans le système décimal utilisé en Occident et facilitent les opérations simples sur les grands nombres autant que les opérations complexes.

Mot français d’origine arabe : algèbre

Algèbre : l’origine de ce mot remonte à la fin du XIVe siècle. Il vient du latin médiéval algebra, lui-même issu de l’arabe al-djabr, qui signifie ‘ la contrainte ‘, au sens de ‘ réduction, réparation ‘. Cela signifie en d’autres termes ‘ rétablissement d’un des membres de l’équation qu’on supprime dans l’autre, en changeant le signe de cette quantité ‘. Le mot arabe al-jabr est un procédé de calcul découvert par al-Khawarizmi, devenu ensuite ‘ algorithme ‘.

Mot français d’origine arabe et grecque : alamanach

Almanach : ce mot apparaît au début du XIVe siècle sous la forme ‘ anemallat, puis à la fin de ce même siècle sous la forme plus évoluée ‘ almana‘. Son origine se situe dans le latin médiéval almanachus, emprunté à l’arabe al-manakh, lui-même transcrit du grec tardif salmeskhoiniaka qui, suppose-t-on, désignait le livre des naissances appelé également Livre de la Grande Ourse. Jusqu’au XVIIe siècle, ce mot a gardé la signification de ‘ prédiction ‘.

Mot français d’origine arabe et grecque : alchimie

Alchimie : l’alchimie est la fusion. Fin du XIIIe siècle : alquemie. Le mot vient du latin médiéval alchemia, emprunté à l’arabe al-kimiya, lui-même emprunté au grec khêmia, qui signifie ‘ magie noire , mot lui-même emprunté à l’égyptien kêm, qui signifie ‘ noir . Le latin médiéval connaissait aussi chimia, qui est tiré de alchemia, donnant plus tard le nom  chimie ’en 1356.

Mots d’origine arabe et grecque : alambic et élixir

Alambic : ce mot apparaît à la fin du XIIIe siècle (1265), il provient de l’espagnol alambico, et emprunté à l’arabe al’anbiq, qui était un vase à distiller. Le mot arabe est lui-même emprunté au mot grec du même sens : ambix. Rabelais, en 1546, utilise le mot alambiquer au sens figuré. Élixir : ce mot désignant un médicament, apparaît à la fin du XIIIe siècle sous la forme ‘ eslissir ‘, puis au XIVe siècle sous la forme ‘ elixir ‘. Il provient de l’arabe al iksir, qui désigne la pierre philosophale, mot emprunté au grec ksêron, qui signifie médicament.

Mot français d’origine arabe : bougie

Bougie : l’origine de ce mot vient du toponyme (nom de lieu) Bougie (Bejaïa), cité d’Algérie qui était autrefois une très grande exportatrice de cire. Le mot apparaît au XIIIe siècle, il désigne tout d’abord la cire fine servant à fabriquer des chandelles, puis les chandelles elles-mêmes.

Mots français d’origine arabe : sauce mousseline et loukoum

Sauce mousseline : XVIIIe siècle. Le nom de cette sauce hollandaise épaisse à laquelle on incorpore de la crème fouettée au dernier moment trouve son origine à Mossoul, ville d’Iraq particulièrement réputée pour ses étoffes très légères et délicates, aussi légères que l’émulsion qui en porte désormais le nom. Loukoum : l’étymologie de ce mot est incertaine mais viendrait du turc lokum, lui-même emprunté à l’arabe rahat-ul holkum ou à sa version grecque loukoumia. Il est dit également que le mot vient de l’arabe rahat-loukoum, qui signifie ‘ le repos du gosier ‘.

Mots français d’origine arabe : luth et truchement

Luth : l’origine de ce mot remonte au XIIIe siècle (leüt), de l’arabe al-’ud, par l’intermédiaire du provençal probablement (origine incertaine). Truchement (truguman = traducteur) : son origine remonte au XIIe siècle = Prise d’Orange (drugement), puis du XIVe siècle (truchement) = interprète. Au XVIe siècle, on retrouve le même mot  : trucheman/drogman, de l’arabe tourdjoumân.

Mots français d’origine arabe : bazar et fardeau

Bazar : l’origine du mot remonte au XVe siècle. Il vient d’un mot portugais emprunté au persan bâzâr, qui veut dire ‘ souk ‘. Fardeau : première origine à la fin du XIIe siècle, puis sens figuré au XVIIe siècle, vient de l’arabe fard.

Mots français d’origine arabe : sirop et magasin

Sirop : ce mot est apparu au XIIe siècle, provenant du latin médiéval sirupus, lui-même issu de l’arabe médiéval charab, qui signifie ‘ boisson ‘Magasin : l’origine de ce mot remonte au XIVe siècle, de l’italien magazzino, lui-même emprunté à l’arabe makhazin qui signifie ‘ dépôts, bureaux . Le mot ‘ magasin ‘ a remplacé le mot ‘ boutique couramment utilisé jusqu’au début du XIXe siècle.

Mots français d’origine arabe : safran et alcool

Safran : l’origine du terme botanique remonte au XIIe siècle, du latin médicinal safranum, emprunté à l’arabe za’faran. Le terme de marine, quant à lui (pièce de gouvernail), vient de l’espagnol azafran, d’origine arabe aussi. Alcool : l’origine du mot remonte au XVIe siècle, du latin des alchimistes alkohol, alkol emprunté lui-même à l’arabe al-kuhl qui est l’antimoine pulvérisé. On applique ensuite le terme aux liquides distillés.

Mots français d’origine arabe : tasse, café, sorbet

Tasse : l’origine de ce mot remonte au XIIe siècle, mais il reste rare jusqu’au XIVe siècle. Il vient de l’arabe tassaCafé : l’origine de ce mot remonte au XVIIe siècle. Le premier café fut ouvert à Marseille en 1654. Le mot vient de l’italien caffè, emprunté lui-même à l’arabe qahwa, prononcé à la turque kahvé. La forme argotique du mot, à savoir caoua, fut utilisée en Afrique par les militaires à la fin du XIXe siècle. Sorbet : l’origine de ce mot remonte au XVIe siècle, il vient de l’italien sorbetto, du turc chorbet, de l’arabe populaire chourba, en arabe classique charbat, qui signifie ‘ boisson ‘.

Mots français d’origine arabe : pastèque, sucre, candi

Pastèque : le nom de ce gros fruit à pulpe rouge très rafraîchissante est apparu à la fin du XVIe siècle sous la forme ‘ patèque ‘, devenu ‘ pastèque ‘ au XVIIe siècle. Il s’agit de la forme altérée du portugais pateca, provenant d’un mot hindî lui-même issu de l’arabe al-batikhaSucre : ce mot vient de l’italien zucchero (fin du XIIe siècle), lui-même issu de l’arabe sukkarCandi : l’origine de ce mot remonte au milieu du XIIIe siècle, de l’arabe qand, sucre de canne et d’origine hindî.

Mots français d’origine arabe : estragon, massepain, orange

Voici les détails de trois autres mots français d’origine arabe : Estragon : milieu du XVIe siècle. Il s’agit d’une altération du mot targon (voir Rabelais 1540) et vient du latin botanique tarchon lui-même emprunté à l’arabe tarkhunMassepain : le nom de ce petit biscuit rond fait d’amandes, de sucre et de blancs d’oeufs trouve son origine au milieu du XVe siècle (boîte de confiseries), puis désignant au XVIe siècle le contenu de la boîte de confiseries. Il s’agit d’une altération d’après masse, de marcepain, provenant de l’italien marzapane, lui-même originaire de l’arabe mautaban (‘ roi assis ‘), qui fut aussi le nom d’une monnaie à l’époque des croisades, qui représentait justement le Christ assis. Passé en italien, ce mot désigna ensuite une boîte contenant un dixième de muid (le ‘ muid ‘ étant autrefois une mesure de capacité dont la valeur était différente selon les lieux et les marchandises). Orange : sa première origine remonte au XIIIe siècle (pume orenge), puis devint ‘ pomme d’orenge ’ au XVIe siècle. Pume orenge vient de l’ancien italien melarancia, de l’arabe narandj, mot lui-même d’origine persane. Ces fruits arrivaient autrefois dans le Nord par la ville d’Orange, d’où la similitude des noms.

Les mots français d’origine arabe

Dans la langue française, nous utilisons 300 mots d’origine arabe, laissés par les Sarrasins lors des invasions moyenâgeuses. Ils nous ont laissé également l’algèbre et les échecs. Ces mots représentent un peu plus de 5 % de notre langue. En voici déjà quelques exemples, dont certains vous surprendront peut-être :

Artichaut : XVIe siècle. Vient du lombard articiocco, qui est une déformation de l’italien carciofo, mot lui-même d’origine arabe : al-harsufaAubergine : XVIIIe siècle. Vient du catalan alberginia, réfection de l’arabe al-badin-jan emprunté lui-même au persan badindjanÉpinard : XIIIe siècle. Vient de l’espagnol espinaca, altération d’après espina, qui veut dire épine, de l’arabe d’Espagne isbinakh.

Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...