posts dans la catégorie 'Jours de la semaine'


Dimanche : étymologie et histoire

Dimanche tout comme samedi, n’est pas en rapport, dans la langue française, avec une planète. Le mot vient du latin Dominicus Diès, qui signifie Jour du Seigneur. En ancien français : diemenche. C’est le jour de repos dans la tradition chrétienne, équivalent au Sabbat judaïque. L’origine du repos le 7e jour vient de la Genèse (4e siècle av. J-C) où il est expliqué que Dieu avait besoin de se reposer après avoir créé le monde, tout en sanctifiant ce jour. En l’an 321, l’empereur Constantin décida que le dimanche serait jour de repos dans les villes de l’Empire, l’associant au jour du dieu solaire romain. En allemand et en anglais, respectivement sonntag et sunday, on retrouve cette étymologie liée au Soleil. Le repos dominical est créé dans un but d’amélioration sociale. Mais plus tard, les Lumières le remettent en cause, et il sera aboli par la Révolution française en 1792 lors de la création du calendrier révolutionnaire. Il fut rétabli en 1814 lorsque les Bourbon revinrent au pouvoir, et réaboli en 1880. Mais un important mouvement social de contestation aboutira à sa réapparition en 1906, la loi est toujours en vigueur, instaurant un repos de 24 heures obligatoires suite à 6 jours de travail.

Samedi : histoire et étymologie

Samedi vient du latin populaire Sambati Diès, signifiant jour du Sabbat, de sambatum variation d’origine grecque de sabbatum. Cette version est arrivée lors des premières christianisations par le Danube et le Rhin, venant des pays balkaniques. Voici les versions en ancien français : sambedi, sambadi, semedi. Le samedi est régi par la planète Saturne. La langue anglaise a conservé le rapport à la planète : saturday = jour de Saturne. En allemand, l’origine est la même qu’en français : samstag, venant du haut allemand sambaztag. Le Sabbat, dans la religion judaïque, est le jour de repos hebdomadaire, que l’on consacre à  Dieu, en souvenir de la création. Les premiers chrétiens ont continué à observer les prescriptions de la Torah. C’est aussi pour celà que l’on parle de civilisation judéo-chrétienne. Beaucoup de points communs ! Les chrétiens ont ensuite déplacé ce jour de repos le dimanche mais le nom est resté pour samedi… voir article sur ‘ dimanche ‘.

Vendredi : étymologie et histoire

Vendredi vient du latin Veneris Diès qui signifie jour de Vénus (1119) ancien français vendresdi. Le vendredi 13 : ce jour est sujet à superstition, pour certains il porte malheur mais pour d’autres il porte chance (voir l’importance des jeux de hasard à ce niveau). Son origine est biblique, au niveau du malheur et se rapporte au Nouveau Testament où il y avait 13 participants à la Cène, Jésus et ses 12 apôtres. Jésus a été crucifié un vendredi (association vendredi + 13).

Une autre origine est envisagée, surtout à propos du chiffre 13, celle des croyances nordiques. Selon la mythologie nordique, le dieu des guerriers, Odon, invita 11 amis dieux à manger, sans inviter le dieu de la guerre et du mal, Loki. Vexé, celui-ci s’invita tout seul. Balder, le dieu de l’amour, tenta de le chasser mais Odon, ne se laissant pas faire, le tua d’une flèche empoisonnée en plein cœur. Depuis, être 13 à table porte malheur dans les pays scandinaves. Une autre origine est nordique également, concernant Frigga (appelée aussi Freya), la reine des dieux. Ses adorateurs la célébraient le vendredi. Le mot anglais ‘ friday ‘ vient d’ailleurs de ce nom : Freya’s day. Aux Xe et Xe siècle, le christianisme apparut dans les pays nordiques et il fut décrété que Frigga était en fait une sorcière bannie au sommet de la montagne et que, à titre de vengeance, elle avait décidé chaque vendredi d’inviter le diable et 11 autres sorcières pour jeter des mauvais sorts aux hommes.

Quant aux mythologies gréco-romaines, elles confirment également une connotation négative au chiffre 13, le 12 y étant associé à la perfection et à la régularité (12 dieux olympiens, 12 heures, 12 signes zodiacaux etc.). Le 13 est censé rompre l’équilibre du 12. Le vendredi y était quant à lui le jour des exécutions de condamnés !

Jeudi : étymologie et histoire

Jeudi, ancien français juesdi (XIIe siècle), vient du latin Jovis diès, qui signifie ‘ jour de Jupiter ‘. Vous connaissez sans doute l’expression ‘ la semaine des quatre jeudis ‘, symbole de l’impossible. Exemple : ‘ C’est promis, je te rendrai visite la semaine des quatre jeudis ! ‘ … autrement dit : ‘ Je ne viendrai pas, ne compte pas sur ma visite ! ‘ En voici les origines : autrefois, le jour de repos des écoliers était le jeudi, avant de devenir le mercredi. Espérer une semaine contenant 4 jours de repos était un vœu pieux, l’expression est restée ! On dit aussi ‘ à la Saint-Glinglin ‘ (saint qui n’existe pas), ‘ aux calendes grecques ‘, ‘ quand les poules auront des dents ‘ pour exprimer quelque chose qui ne peut pas se réaliser. Au XIVe siècle, l’expression existait sous une autre forme mais avait le même sens : ‘ la semaine des deux jeudis ‘ pour signifier ‘ jamais ’. Le jeudi était le ‘ jour gras ‘ en ce sens qu’il précédait le vendredi, traditionnellement jour de jeûne ou de nourriture maigre. On ne mangeait pas de viande le vendredi, seul le poisson était permis, l’habitude est d’ailleurs restée. Dans beaucoup de cantines, on sert toujours du poisson particulièrement le vendredi. Le jeudi étant jour de fête pour bien remplir son ventre avant la privation du vendredi, il était d’usage de souhaiter avoir deux fois ce jour de fête dans la semaine ! … d’où l’expression ci-dessus ! Au XVIe siècle, l’expression évolua en ‘ semaine des trois jeudis ‘, dans le but d’exagérer encore la notion d’impossibilité, puis au XIXe siècle elle devint ‘ semaine des quatre jeudis ‘.

Mercredi : étymologie et histoire

Mercredi vient du latin populaire Mercoris diès, qui signifie ‘ jour de Mercure ‘ (1119). Mercure était le messager de Jupiter, et en même temps dieu du commerce en raison de la mobilité du mercure. Le mercredi, dans le domaine ésotérique, est le jour des affaires. Quant au Mercredi des Cendres, il marque l’entrée en Carême dans la liturgie, pendant 40 jours jusqu’à Pâques, période de pénitence et de jeûne. Pourquoi des Cendres ? À cause du symbole de deuil et de lamentation que la cendre représentait dans l’Ancien Testament. Le Mercredi des Cendres est là pour rappeler symboliquement aux hommes leur condition mortelle. Les cendres sont le symbole du cycle de mort et de résurrection associé au Christ.

Mardi : étymologie et histoire

Le mot mardi vient du latin populaire martis diès, qui signifie ‘ jour de mars ‘.  Ancien français : marsdi (XIIe siècle – 1119) issu du latin. Quant au ‘ Mardi gras ‘ qui précède le Carême (période de jeûne de 40 jours entre le mercredi des Cendres et le jour de Pâques), et se dit Carnevale en italien, ce qui signifie ‘ retirer la viande ‘ (carne levare), il est en rapport avec les jours de jeûne (jours maigres) qui suivent. Pour mieux supporter cette privation future, il était de coutume de bien manger avant, de ‘ manger gras ‘. Ce carnaval, bien que fête chrétienne, est d’origine païenne, et provient des fêtes romaines nommées calendes de mars (on y retrouve le mot ‘ mars ‘), dont le but était de fêter le réveil de la nature à travers des rites agraires.

Semaine : étymologie et histoire

Le nom ‘ semaine ‘ vient du latin ecclésiastique septimania (Code Théodosien), qui signifie ’ groupe de sept jours ‘. C’est le féminin substantivé de septimanus qui signifie ‘ relatif à sept ‘. Septem et mane = sept matins. L’origine du mot actuel remonte à la fin du XIe siècle mais l’idée de semaine existait bien avant. Pourquoi 7 jours ? L’explication la plus plausible est en rapport avec les phases de la lune, elles-mêmes durant 7 jours. Dans l’Égypte antique, le mois était lui-même divisé d’après les phases lunaires. Les Hébreux connaissaient également la semaine (cf. ‘ la Genèse ‘), les Romains aussi à l’époque de Jésus Christ. La semaine a également été adoptée par l’islam qui contribua à sa diffusion.

Lundi : étymologie et histoire

Lundi vient du mot ‘ lune ‘, de l’ancien français lunsdi, issu du latin populaire lunis – lunae diès  = le jour de la lune. Au Moyen Âge, le lundi matin était associé à la trêve de Dieu, et dans la liturgie le ‘ lundi pur ‘ est le premier jour du Grand Carême orthodoxe. Plusieurs fêtes sont célébrées le lundi : lundi de Pâques, lundi de Pentecôte…

Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...