Suie et suif
9 janvier, 2017 @ 6:28 Vocabulaire

Voici deux noms à ne pas confondre : la suie et le suif. Le nom féminin suie, du gaulois sūdia, cf. moyen irlandais súide, gallois huddugl, attesté sous la forme sugia en latin tardif (1130 – dict. étym.) désigne une matière carbonée noire et épaisse, résultant d’une combustion incomplète et emportée par la fumée : la suie de cheminée. Le nom masculin suif, de l’ancien français seu issu du latin sebum = graisse, désigne la graisse d’animaux herbivores comme le mouton et le bœuf et servant autrefois à fabriquer des bougies, des pommades, des savons. Le suif est composé principalement de stéarine et d’oléine, que l’on recueille par fusion (graisse fondue). Le suif est utilisé aussi pour l’assouplissement et l’imperméabilisation des cuirs ou comme lubrifiant sur le bois (cales de lancement des bateaux). Le suif n’est pas qu’animal, il désigne également une graisse végétale, analogue au suif animal pour son utilisation : suif de Camara, d’Ochoco, arbre à suif. Récemment, le 28 novembre 2016, la banque d’Angleterre a confirmé que du suif d’origine bovine faisait partie des composants des nouveaux billets en polymère de 5 £ lancés en septembre dernier, ce qui a valu la création par les vegans d’une pétition réunissant près de 100 000 signatures contre l’utilisation de matière animale dans ces billets. La société Innovia qui produit le billet de banque précise que ce suif permet au polymère d’être anti-statique, et qu’il faudra du temps pour trouver un substitut. 440 millions de billets de 5 £ ont déjà été produits, à suivre…

-alorthographe
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...