Avanie et avarie
15 septembre, 2015 @ 3:18 Paronymes

Le nom féminin ‘ avanie ’ vient de l’italien avania qui désigne selon le Littré une vexation qu’exerçaient les Turcs contre ceux qui n’étaient pas leurs coreligionnaires, pour leur extorquer de l’argent, de l’arabe hawwan – et selon le Dictionnaire de l’Académie française 1re édition 1694 : vexation, insulte que les Turcs font aux voyageurs en Levant, pour tirer de l’argent d’eux. Il prit son sens actuel au cours du XVIIe siècle, à savoir un ‘ traitement humiliant ’. Une avanie est un affront public, une humiliation, une brimade, une offense, une vexation, un outrage, un camouflet. Exemples : ‘ J’avais été prévenu de ne me laisser jamais plaisanter par un Turc, si je ne voulais m’exposer à mille avanies (François-René de Chateaubriand. Itin. 57) ’ – ‘ Le chef étoilé a raté son plat principal juste le jour où le député est venu manger dans son restaurant. Ce fut pour lui l’avanie suprême quand son hôte quitta la table accompagné de sa suite sans même attendre la fin du repas. ’

Le nom féminin ‘ avarie ’, souvent confondu avec ‘ avanie ’, n’a pas du tout la même signification. Il vient de l’italien avaria, emprunté à l’arabe awar = dommage. Une avarie est un dégât, une détérioration en parlant d’un navire ou tout autre véhicule, ainsi que de la cargaison transportée, comme par exemple l’apparition d’une voie d’eau dans la coque, une voilure déchirée par le vent etc. L’avarie est généralement liée aux transports. Selon le Littré, l’avarie est également le ‘ Droit d’entretien d’un port, pour chaque vaisseau qui y mouille. ’ et également ‘ Avarie de portefeuille, pertes que subit le portefeuille d’une banque. ‘ Selon Jean-François Féraud dans son « Dictionaire critique de la langue française » (‘ Dictionaire ‘ avec un seul N dans le cas présent – Marseille, Mossy 1787-1788), il peut s’agir également d’une ’ dépense imprévue qu’on est obligé de faire pendant le cours du voyage. ’ Le mot ‘ avarie ’ est également utilisé au sens figuré, selon la 8e édition du Dictionnaire de l’Académie française, pour désigner la syphilis. Eugène Brieux (1838-1952), dans sa pièce en trois actes intitulée ‘ Les avariés ’ (1905), fait assez clairement allusion à cette maladie sexuellement transmissible fort courante autrefois. L’adjectif ‘ avarié ’ vient d’ailleurs de ‘ avarie ’ pour désigner par exemple une viande, un fruit ou tout autre produit alimentaire devenu impropre à la consommation en raison de son mauvais conditionnement, une conservation à température inadaptée ou sa date avancée. Les marchandises avariées ont donc subi une avarie. Exemples : ‘ Le navire ayant pris la mer malgré la tempête, l’une de ses voiles se déchira, ce qui créa une avarie fort ennuyeuse, l’obligeant à rentrer au port au plus vite. ’ – ‘ En cas d’avarie du système de freinage, un voyant lumineux s’allume sur le tableau de bord des voitures. ’

-alorthographe
réponses desactivées




Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...