Maire : origine du mot et historique de la fonction de maire
20 février, 2014 @ 7:57 Culture,Etymologie

Le maire est le premier magistrat d’une commune et en est l’organe exécutif, il est élu par le conseil municipal, lui-même élu par les électeurs de la commune. Mais d’où vient ce mot : maire ? Il est issu du latin major qui signifie ‘ plus grand ‘. La commune est apparue peu à peu en France et ce n’est qu’en 1790 qu’un réel statut en est fixé de manière précise. Les origines du mouvement communal remontent au XIe siècle. Le maire apparaît cependant au XIIe siècle.

À partir du moment où la commune était reconnue juridiquement et politiquement, elle devait se doter obligatoirement d’organes pour la représenter. Au début, en fonction des lieux et des époques on parlera de pairs, d’échevins ou de conseillers. Fin XVe siècle, les maires achetaient leur charge pour deux ans, ils étaient électeurs censitaires, à savoir qu’ils payaient le cens électoral (droit seigneurial), au final ils payaient leur droit de vote. Le mot maire trouve son origine dans le Polyptique d’Irminon, ouvrage de droit d’un Abbé de Saint-Germain-des-Prés (IXe siècle), où il emploie le mot maior pour désigner le représentant du domaine, à savoir celui qui administre le village pour le compte du seigneur. À l’origine, c’est par le maire que les citoyens étaient informés d’un changement de régime, des élections et nouvelles lois. Son impact sur la population a pris de l’importance au fil du temps. L’histoire des maires est liée à une fonction tiraillée entre pouvoir central et administrés, mais également peut être considérée comme la victoire de la démocratie, au départ locale mais qui s’est étendue au pays entier.

Le mandat municipal est de 6 ans. Le mode de scrutin diffère selon la taille de la commune. Après la réforme introduite par la loi n°2013-403 du 17 mai 2013, qui s’appliquera à partir du renouvellement général des conseils municipaux de 2014, il s’agira pour les élections des 23 et 30 mars 2014 d’un scrutin majoritaire plurinominal avec panachage pour les communes de moins de 1 000 habitants et d’un scrutin proportionnel de liste avec prime majoritaire, pour les communes plus importantes.

-alorthographe
réponses desactivées




Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...