Audience, auditoire et audimat

Les noms audience, auditoire et audimat ont tous une origine commune, à savoir le verbe latin audire = entendre/écouter.  Le terme d’audience (nom féminin) vient du latin audientia qui désigne l’action d’entendre, du verbe audire = écouter. Du XIIe au XVIIe siècle, le sens fut attaché à ce principe d’écoute. Ensuite, il évolua selon son acception dans le domaine juridique (déjà existante), à savoir une séance au cours de laquelle une juridiction interroge les parties. Au XVIe siècle, l’audience désigne la séance d’un tribunal, c’est toujours le cas actuellement. Une audience désigne également un entretien avec un supérieur ou, dans le domaine des médias, l’intérêt que portent les auditeurs ou téléspectateurs à une émission particulière. L’audience des émissions est régulièrement contrôlée pour vérifier si elles sont rentables. Le terme d’auditoire, du latin auditorium, a également une origine juridique mais se spécialise ensuite pour désigner un lieu où l’on s’assemble pour écouter. L’audimat quant à lui est assez récent, il date des années 1980. Formé avec mat de automatique, il s’agit à l’origine d’une marque de l’institut Médiamétrie et a fini par désigner le système d’évaluation de l’audience (médias). Faire monter l’audimat à la télévision ou à la radio en 1980 équivaut à faire le buzz en 2016 (dans un langage plus actuel lié à Internet).

Opprobre ou opprobe ?

Beaucoup écrivent et disent opprobe alors que le bon mot est opprobre, effectivement plus difficile à prononcer. Le mot vient du latin opprobrium, de probum = infamie. Il désigne une très grande honte publique, un déshonneur. Jeter l’opprobre = déshonorer, réprouver publiquement. Exemple : L’attitude scandaleuse de ce candidat à la présidence jette désormais l’opprobre sur toute sa famille politique !

Graduation et gradation

Voici deux noms féminins souvent confondus : la graduation et la gradation. D’étymologie semblable, ils sont issus du latin gradus = marche, degré. Cependant, la graduation est liée à l’action de graduer, de marquer un instrument de mesure (une règle graduée en millimètres) ou à une notion de progression (exercices gradués pour le violon). La gradation désigne le passage par degrés d’un état à un autre : gradation de la lumière au lever du jour, gradation ascendante ou descendante des termes comme effet de style pour marquer des termes de force ascendante ou descendante au fil du texte.

Trois quarts et trois-quarts

Trois quarts, deux cinquièmes, huit dixièmes, et ainsi de suite, ne prennent pas de trait d’union car il s’agit de quantités. En revanche, le substantif masculin trois-quarts prend un trait d’union : un (violon) trois-quarts, un (pantalon) trois-quarts, un (joueur de rugby) trois-quarts.

Voix et voie

La voie avec un E à la fin doit contenir une notion de trajet, de chemin (du latin via = chemin). Pour éviter de se tromper, on peut remplacer ce mot par route. Une voie ferrée, (chemin), être sur la bonne voie, la voie de la réussite, par voie de conséquence (direction), en voie de disparition (sur le point de disparaître, en passe de disparaître), par voie de fait (notion juridique). En revanche, la voix avec un X désigne la parole : la voix de la conscience, avoir une belle voix, avoir voix au chapitre, remporter la majorité des voix aux élections. Le nom féminin voix vient du latin vox, vocis au sens de suffrage. Donner sa voix = donner son suffrage.

12345...277

Vivre |
Éditions du tanka francophone |
SISSI ou la destinée d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une majorité pour François ...
| LisezMoi
| Toute une histoire ...